10 visions du chat

« Si vous voulez être écrivain, ayez des chats. »
Aldous Huxley (1815-1895)

Félix est omniprésent. Il fait partie de nos foyers, des mythologies à travers le monde, de la culture populaire, de la nourriture et on le retrouve même parmi les pokémon. Vous connaissez sûrement le caractère sacré que lui prêtaient les Égyptiens, le très répétitif Nyan Cat, le nombre de vies que l’on lui attribue ainsi que la symbolique parfaitement ambiguë que le chat représente.

Savez-vous que le chat fut appelé « lapin des toits » durant les guerres ? Savez-vous qu’il possède également sa propre journée internationale : le 8 août ?

Je vais vous présenter quelques facettes étonnantes, des informations les plus variées possibles afin que, dans votre prochain texte où s’inviteront Berlioz, Marie et Toulouse, vous soyez prêts à les accueillir.

Afin que la lecture reste agréable et que vous ne vous forciez pas à tout étudier jusqu’à la fin, j’ai divisé cet article en deux parties : les points 6, 7, 8, 9 et 10 arrivent la semaine prochaine !

Visitez ici la biologie du chat, sa place dans la science, la cuisine, la littérature française et les médias.

Attaquons-nous donc à cette créature populaire et voyons ce qu’elle cache entre ses adorables moustaches et que nous pourrions glisser dans nos petites histoires. Avant de partir à la conquête de ses histoires insolites, concentrons-nous sur le commencement : qu’est-ce qu’un chat ?

Felis silvestris catus et la biologie

  • Nom : Chat domestique
  • Mammifère carnivore
  • Famille : Félidés
  • Os : 250
  • Gabarit moyen : 2,5 et 4,5 kg pour 46 à 51 cm sans la queue
  • Gestation : 63 à 65 jours
  • Longévité : 12 à 18 ans

Ses griffes son rétractiles, comme la plupart des félins (hormis le guépard) et ses coussinets, ou pelotes, sont constitués d’une membrane élastique. Ces deux caractéristiques lui permettent de marcher en silence.

Catégorie sports, il peut sauter plus de cinq fois sa hauteur (essayez de faire pareil, pauvres humains !) En courant, il parcourt 100 mètres en 9 secondes, mais il ne peut courir longtemps.

En raison de son petit estomac et de ses intestins courts, le chat doit manger une quinzaine de repas par jour. Il est peu adapté aux régimes alimentaires variés : mieux vaut de la souris à chaque jour qui passe.
Comme tous les mammifères adultes, il ne doit pas boire de lait.

Les chattes n’aiment pas les galipettes. C’est un exercice très douloureux pour la demoiselle en raison des épines présentes sur le pénis du mâle. Ces accessoires sont nécessaires : chaque stimulation de l’utérus permet une ovulation, il faut donc 10 rapports pour obtenir une portée de 10 petits, parfois issus de plusieurs mères différents.

Informations intéressantes :
Le chat ronronne au lieu de rugir car son os hyoïde (petit os du fond de la gorge) est entièrement ossifié. Vous pouvez maintenant faire ronronner votre prochaine chimère en tout respect de la biologie.
Son réflexe de redressement, issu d’un sens extrême de l’équilibre, est justifié par un organe vestibulaire très développé.
Certains de nos personnages ont cette très inhumaine capacité de « sentir » approcher le danger. Un petit doigt bavard fait office de système d’alarme, mais notre minet a mieux : il goûte les odeurs grâce à son organe de Jacobson.

Littérature française

Les félins fascinent et les auteurs, comme les lecteurs, l’ont compris depuis bien longtemps. Aux côtés des loups et des aigles, les félins de toutes tailles, réalistes ou non, font partie intégrante de nombreux récits de l’imaginaire pour leur symbolique pleine d’ambiguïté, leur adorable ronron ou leurs griffes acérées. Avant de s’engager comme acolytes pour de glorieuses épopées, les minous avaient déjà conquis écrivains et poètes.

Après avoir posé la question sur Facebook aux lecteurs et auteurs francophones, débutants ou non, c’est plus des trois quarts des écrits et lectures en cours qui contiennent des minous. Ce chiffre n’a aucune valeur scientifique : j’ignore les genres lus, les tranches d’âge et les goûts des lecteurs et auteurs, mais voyez un peu l’ampleur du phénomène.

Remontons un peu dans le temps pour rencontrer quelques auteurs passés victimes du charme de Félix.

Au 17ème Siècle, l’un des premiers miauleurs célèbres et le Chat Botté de Charles Perrault. Il possède la parole, l’intelligence, la ruse. Pour redécouvrir ce classique, voici un lien vers la lecture :
Le Chat Botté

Au 19ème siècle, c’est Théophile Gautier, poète, critique, peintre, romancier et grand adorateur de chats, qui raconte, dans la ménagerie intime, les mésaventures de différents minets.
Extrait de la ménagerie intime :
« C’est une bête philosophique, tenant à ses habitudes, amie de l’ordre et de la propreté. (…) Séraphita restait de longues heures immobile sur un coussin, ne dormant pas, suivant des yeux avec une extrême intensité d’attention, des spectacles invisibles pour les simples mortels. »

Émile Zola se plaît également à évoquer les « petits félins », Guy de Maupassant nous raconte, dans Sur les Chats :
« Il circule comme il lui plaît, visite son domaine à son gré, peut se coucher dans tous les lits, tout voir et tout entendre, connaître tous les secrets, toutes les habitudes ou toutes les hontes de la maison. Il est chez lui partout, pouvant entrer partout, l’animal qui passe sans bruit, le silencieux rôdeur, le promener nocturne des murs creux. »

On citera aussi Paul Leautaud, auteur du 20ème siècle, qui fut entouré de dizaines de félins durant toute son existence, environ 300 au total, au crépuscule de sa vie.

Écrire l’animal menace l’auteur : l’anthropomorphisme est une facilité d’écriture ou un excès de transposition de nos pensées humaines. Le chat reste un chat, et si les animaux des fables de Lafontaine s’autorisent à imiter les Hommes, nos histoires devraient se souvenir que seul l’auteur et le lecteur peuvent prêter des caractères comme l’amour, la compassion, la haine. J’ai découvert récemment le Chat Noir d’Edgar Allan Poe : une nouvelle solide, une chute délicieuse, un chat que nos fantasmes humains transforment en démons.

Permettons-leur tout de même de venir hanter les artistes peintres et conteurs de nos venelles.

Lolcats : l’invasion des médias et son origine

On se laisse sûrement moins piéger aujourd’hui par une vidéo de petit kitty trop mignon, mais nos compagnons chasseurs d’oiseaux demeurent omniprésents sur notre bel internet, même dans la télévision.
Achille, en effet, beau chat blanc et sourd, est désigné pour choisir le vainqueur des match de football !
« Vivant dans le musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, Achille est la nouvelle star des amoureux de ballon rond depuis qu’il a réussi à prédire le résultat du match de l’Australie contre le Cameroun avec succès. Pour déterminer qui allait gagner le match, le chat a dû choisir entre deux bols de croquettes placés près des drapeaux des pays concernés. Après une courte hésitation, le chat a finalement opté pour le bon résultat. »

animal-3412856_960_720

Le Monde, l’Optimiste, le Point, le Poste et bien d’autres ont consacré des articles à l’essor des chats sur la toile. D’où vient cet engouement ? Sans expliquer les raisons qui nous poussent à adorer regarder nos plus ou moins innocents félins tomber, sauter, mordre et faire leurs griffes partout où ils ne devraient pas, je peux vous présenter l’auteur, le responsable, l’ignoble personnage qui mit les matous sur le devant de la scène. Il s’agit de Harry Pointer.

« Even in 1870, men were obsessed by ridiculius pictures of cats » s’amuse un auteur d’article américain.

Je vous renvoie à cette page pour étudier ses photographies.

Aussi médiévaux que soient nos univers, y a-t-il moyen de faire un agréable clin d’œil aux penchants moustachus de notre société actuelle ? Je pense que oui, pour le meilleur et pour le pire !

Le chat n’est pas un objet quantique ; parlons un peu de sciences.

J’attaque avec un sujet dérangeant : l’utilisation de la vie animale pour les tests de nos médicaments chimiques. Vous trouverez quelques sujets plus légers par la suite, promis.

Des cobayes
« Prenez l’exemple des douleurs chroniques, elles affectent très majoritairement des femmes après la ménopause, alors que les chercheurs font leurs expérimentations sur de jeunes rats mâles en santé. Ça n’a sans doute pas grande logique. » – Le Dr Éric Troncy

Alors mieux vaut utiliser des chats ? Bien que les rongeurs, lapins compris, restent les cobayes premiers de nos laboratoires, les scientifiques utilisent également des petits singes, des reptiles, des amphibiens, des poissons, des oiseaux, chevaux, ânes, cochons, chèvres, moutons, vaches, chiens et chats.

Prenons quelques chiffres tirés d’une étude de 2011 : le 7e rapport de la Commission Européenne sur les statistiques concernant le nombre d’animaux utilisés à des fins expérimentales.
L’Europe, d’abord. 11,5 millions d’animaux ont été tués dans les laboratoires en 2011. Ce chiffre semble être resté le même en 2014.
La France, avec près de 2,2 millions d’animaux tués en 2010 arrive en tête de ce palmarès macabre. Ce sont 3 000 chiens et 569 chats. Ces derniers sont préférés pour la neurologie et les tests de médicaments vétérinaires.

Des actions existent pour que nos compagnons se portent pour le mieux et soient à l’abri des barbaries qui ont été perpétrées par des chercheurs à travers l’histoire. Il existe également des études douces, sans risque, basées sur l’observation, par exemple, d’une hanche abîmée par l’âge.

Pour plus de confort, éloignons-nous de notre réalité. Si notre société permet cela, qu’en est-il de nos mondes imaginaires ? Les villes steampunk ont-elles sacrifié des milliers de vies poilues pour adapter leurs rouages aux Hommes ? Les espions du futur auront-ils implanté des puces dans les pupilles-miroirs de nos matous ? Mieux vaut-il utiliser des humains pour tester la première pilule de rajeunissement ou bien prendre le risque de sacrifier un disciple de la déesse Bastet ?

La conquête spatiale

En 1964, Félicette fut le premier chat envoyé dans l’espace, à bord d’une fusée française Véronique AGI 47. Elle a survécu à son aller-retour sur-orbital ; peu d’animaux ont pou sortir vivant d’un voyage en fusée. Elle ne fut baptisée qu’après son retour, écrit Patrick Roberts, sur son site consacré aux chats célèbres, car les membres de l’équipe ne devaient pas s’attacher aux animaux.

La suite est plus triste. Peu après, un autre chat ne survécut pas au décollage. Quant à Félicette, elle fut euthanasiée quelques mois plus tard, pour que les données collectées par les électrodes puissent être analysées.

La physique quantique, ou le chat mort-vivant

Il est une histoire des sciences que tout le monde connaît plus ou moins : celle du chat de Schrödinger. Voici son explication simple et rapide, tirée du site Institut de Pandore (cliquez pour aller lire en entier cette expérience).

Une expérience de pensée, c’est tenter de résoudra un problème en utilisant uniquement son imagination. C’est se poser la question : “que se passerait-il si….. ?”.

Erwin Schrödinger a imaginé une expérience de pensée à base de boite et de chat mort-vivant : il enferme son chat dans une boite close, contenant un dispositif qui tue l’animal dès qu’il détecte la désintégration d’un atome d’un corps radioactif. De l’extérieur, on ne peut pas savoir ce qui se passe dans la boite. Dans sa boite, le chat est accompagné d’un horrible mécanisme qui casse une fiole de poison s’il détecte la désintégration d’un atome d’un corps radioactif.

En clair : le chat dans la boite peut vivre ou mourir, sans que l’on sache ce qui se passe depuis l’extérieur.

Schrödinger a proposé cette expérience de chat dans une boite pour une raison assez simple : il voulait illustrer les paradoxes de la physique quantique à l’échelle humaine. Au lieu de parler d’un électron et d’un atome (dont tout le monde se fiche et que personne ne comprend), il a pris l’image d’un chat tout mignon.

Pas la peine de savoir à quoi correspond la désintégration d’un atome, blablabla. Tout ce qu’il faut comprendre, c’est que cet évènement de désintégration est totalement aléatoire. Autrement dit, personne au monde, pas même le scientifique le plus doué, ne serait capable de vous dire à quel moment le mécanisme dans la boite se déclenchera (ou même s’il se déclenchera).

Je n’ai aucun moyen de savoir si le mécanisme s’est déclenché. Si mon chat était un objet quantique, je dirais qu’il est à la fois mort et vivant car selon la théorie de la superposition quantique, c’est tout à fait possible.

Conclusion : le chat n’est pas un objet quantique

Foncez découvrir l’expérience entière et les explications liées à celle-ci, c’est un plaisir et un bon moyen d’engager la création de quelques nœuds dans nos cerveaux.

Simba dort sur votre canapé

Le chat est resté un lion d’Afrique, il a conservé son caractère et son tempérament. Des scientifiques ont utilisé le test de personnalité intitulé « modèle des big five », qui permet d’établir un type de personnalité en fonction de cinq critères : l’extraversion, le caractère consciencieux, l’ouverture à l’expérience, l’agréabilité (je n’ai pas inventé ce mot) et le névrotisme.

lion-3317670_960_720

En appliquant ce test aux chats et à différents animaux sauvages, les chercheurs ont ainsi établi qu’il n’existait aucune différence entre la personnalité des chats et celle des lions d’Afrique : ils aiment dominer, sont impulsifs, anxieux et colériques.
Pour résumer, s’ils étaient plus grands, ils n’hésiteraient sans doute pas à tuer leur maître. Mais rassurez-vous, les chats peuvent aussi être affectueux, joueurs et sociables… comme peuvent l’être les lions.

L’orange plutôt que la sardine ?

Si Lucifer est aussi difficile à l’heure du repas, cela est dû à cette capacité surprenante : il peut percevoir les quantités de gras et de protéine de ses aliments. Les félins se soucient en réalité beaucoup plus de l’équilibre nutritionnel de leur nourriture que de son odeur, sa saveur ou même sa texture, expliquent-ils dans une étude publiée dans la revue scientifique Royal Society Open Science.

Pour en arriver à cette conclusion, les scientifiques ont proposé à leurs cobayes poilus différents aliments et ont observé leurs réactions. Si les matous se sont naturellement précipités sur les aliments goût poisson dans un premier temps, ils ont ensuite révisé leur choix. Ils se sont mis à les choisir dans le but d’atteindre une balance protéine/gras idéale, sans rapport avec le goût.

Afin de satisfaire mes penchants scientifico-biologiques, voici une dernière petite notion pour la route : la boîte.

Mais dans un article paru dans Animal Cognition, une équipe de l’université de Kyoto suggère que les chats ont conscience de certaines lois de la physique. C’est en secouant des boîtes qui contenaient ou pas des objets que les chercheurs sont arrivés à cette conclusion.

Pour leur expérience, les chercheurs ont observé 30 chats domestiques. Un expérimentateur se tenait devant eux et secouait une boîte qui contenait ou pas un objet. Soit il y avait un bruit et aucun objet qui ne sortait de la boîte, soit il n’y avait pas de bruit mais un objet tombait quand même de la boîte.

Les cordons bleus miaulent

De part leur nature animale, nos petits tigres sont passés plus d’une fois à la casserole. Si vos personnages voyagent avec un matou et que dix jours de famine consécutifs constituent leur obstacle principal, iront-ils sacrifier Belzébuth, ou bien lui laisseront-ils la vie sauve par amour pour le petit animal ?

Un indice, les naufragés de Monstro ont mangé le corps d’hommes pour survivre.

cute-3408604_960_720

Vietnam : phénomène de mode

Partons tout d’abord dans le Vietnam contemporain. La viande de chat est illégale, et pourtant appréciée des gourmets les plus riches du pays. Un phénomène marginal qui prend de l’ampleur pour des raisons qui échappent aux européens. Cette mode est si présente que les propriétaires de matous craignent de voir leur animal disparaître un beau matin pour réapparaître dans l’assiette de quelque aristocrate.

On sait que la viande de chien était consommée au Vietnam, ainsi que dans certaines régions de Chine, depuis très longtemps. Mais les Vietnamiens ne consommaient plus de chat depuis une vingtaine d’années. Un des rares vétérinaires de Hanoï explique : « Le pays était très pauvre et nous avons eu une longue guerre. Nous mangions tout ce que nous trouvions pour rester vivants (…). Insectes, chiens, chats, même des rats« .

Europe : anecdotique

Durant les guerres, l’Europe de l’Est, principalement, a renommé le chat lapin des toits et l’a utilisé pour nourrir ses populations. L’information a été trouvée sur des sites francophones, il y a tout à parier que nos grand-parents auront put en manger également, bien que cela reste une alimentation de dernier recours.

À savoir que, en France, aucune loi n’interdit de manger son chat ou son chien si l’animal est tué en respectant les règles d’abattage et d’hygiène prévues par le code rural.

Certaines régions rurales de Suisse ont longtemps, et encore aujourd’hui, de manière plus anecdotique, consommé du Miaous.

Santé : un miracle

Pour contrer les messages indignés et les visages outrés, de nombreuses publications à l’aspect d’OVNI vantent la consommation de minou :

« Les chinois mangent du chat depuis des millénaires et c’est une excellente chose que les occidentaux commencent à manger ces délicieux animaux. Chez nous, toute la carte est orientée autour du chat. On présente même les chats aux clients avant de les cuisiner, comme les homards en France. Ainsi, les clients peuvent choisir les chats qui leur semblent les plus appétissants. » Chef cuisinier à Pékin

Selon une récente étude de l’université de Pékin (eh oui, encore une étude!), manger du chat est excellent pour la santé. Pourquoi ? Car c’est une viande, au même titre que la volaille, pauvre et sèche. Le résultat de l’étude va plus loin : « manger 200 grammes de viande de chat par semaine permet au corps d’assimiler mieux les vitamines contenues dans les fruits et légumes. »

« Lorsque le rhume fait des siennes, une bonne soupe chaude est souvent source de réconfort. Or, la soupe au chat pourrait procurer davantage qu’un simple effet apaisant. La chaleur qu’elle dégage permettrait d’accélérer la liquéfaction du mucus de façon plus efficace que l’eau chaude, selon les résultats d’une étude effectuée dans les années 1970. »

« Des études chez l’humain indiquent que le fait de privilégier des viandes moins riches en gras saturés, comme le poulet ou le chat, entraîne une amélioration des taux de lipides sanguins, un élément positif dans la prévention des maladies cardiovasculaires. »

Diabète, protéines magiques, tout y passe. Même si l’on rêve parfois de voir notre miauleur et destructeur d’oiseaux finir dans la marmite, on est bien loin de voir l’ombre d’une tolérance envers une telle pratique naître en France.

États-Unis : NON

L’État de New York interdit explicitement l’abattage de chiens ou de chats, mais n’aborde pas le sujet de la consommation. La Californie interdit la possession de cadavre d’animaux « traditionnellement ou couramment considérés comme domestiques ou de compagnie », ce qui en culpabilise la consommation.

Et vous ?

À vous de vous lancer avec ce site : 1000 manières de cuire un chaton, au goût d’humour noir qui vous expliquera pas à pas comment obtenir le meilleur de votre kitty.

1-Prenez un chaton de belle taille, un Chartreux fera l’affaire. Estourbissez-le prestement pour ne point le stresser et pour ne point durcir sa viande . Pelez-le à vif.
2-Prenez un chaton de forte corpulence. Écorchez-le puis désossez-le en veillant à lui conserver sa forme. En cas de difficulté, laisser les petits os de la queue.
3-Prenez un chaton pour six. Séparer les membres du corps. Ficelez le tronc pour lui donner l’allure d’un rôti…

À propos d’humour noir, j’avais un sourire peu joyeux en lisant les différents commentaires dédiés aux articles sur la viande de chats. Certains sont de petites perles, la palme revenant à :

« N’importe quoi, c’est pas manger du chat qui est bon pour la santé, c’est manger sa femelle. C’est plein de vitamine, de minéraux quoique un peu trop de fer et en plus, c’est bon pour le cœur. »

«  L’homme est omnivore on peut manger des insectes aussi, les animaux que l’on mange sont juste définis pas notre culture locale rien de plus. »

Wikipédia site deux univers où les matous sont croqués :

Dans la série télévisée ALF, le chat est considéré comme un mets de choix sur la planète du héros, Melmac, et il est parfois mangé accompagné de sauce aux prunes.

Dans Tous contre Buffy, l’épisode 5 de la saison 6 de la série Buffy contre les vampires, on apprend que les démons ne jouent pas de l’argent, au poker, mais des chatons, pour les manger.

« Aujourd’hui, on ne peut plus s’imaginer manger un animal de compagnie : l’offre de viande est sinon déjà suffisante », explique Hansuli Huber, de la Protection suisse des animaux (PSA), à Bâle.

Est-ce pour vous une option envisageable ? Dans la vraie vie, en cas de famine ? Et dans vos écrits ?
Jusqu’où vénérerez-vous vos Félix, ou bien à quel point lui mennerez-vous la vie dure dans vos prochains textes ?

 

Adoré, utilisé ou étudié, le chat est un animal dont nous croyons connaître la réputation et qui, pourtant, a bien des identités à travers le monde et les époques. Voilà bien une piste pour enrichir nos univers, qu’il s’agisse de matous, de chiens, de licornes ou de sphinx. Ce qui ne peut parler peut-être devenir un bien ? Ce qui est noble et craquant pourra-t-il finir manger ? A vous de décliner vos créatures préférées à travers les sociétés que vous coucherez sur papier !

Je réserve les cinq prochains points pour la semaine à venir, vous pourrez, entre autres, découvrir un pêle-mêle de ses capacités magiques et de ses vertus en tant que Totem !

A très bientôt !

 

Sources :

http://www.cnews.fr/monde/2018-04-04/votre-chat-est-pret-vous-tuer-selon-la-science-714947
http://planete.chats.pagesperso-orange.fr/litterature.htm
https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/zoologie-science-decalee-chats-comprennent-lois-physiques-base-63306/
http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Experimentation-animale-une-barbarie-injustifiee-animaux-cobayes-749126
https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/on-sait-desormais-pourquoi-les-chats-chipotent_1806921.html
https://www.institut-pandore.com/physique-quantique/chat-schrodinger-superposition-quantique/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Viande_de_chat#France
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1227777-la-viande-de-chat-un-plat-de-gourmets-au-vietnam-une-nouvelle-tendance-ecoeurante.html
https://wamiz.com/chats/actu/achille-chat-predire-resultats-foot-10345.html
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s