Avril : le mois sans internet

Avril : le mois sans internet

En ce troisième mois, tous les objectifs ont été atteints ! Quand les distractions d’internet sont réduites au minimum, quand la télévision ne propose que des publicités et que les soirées s’allongent après de longues journées de dur labeur, l’écriture reprend ses droits. Résultat : quatre nouvelles rédigées dont voici une brève présentation.

Ah, et… j’ai encore tué presque tout le monde…

9 020 mots.

Morts : un et quelques millions de prévus.

Happy end : une

Thèmes étudiés : la séduction, la confrontation, l’anticipation et le voyage dans l’espace.

Genres exploités : science-fiction, romance et fantasy.

Semaine 1 : 519 mots

Étienne avait huit ans lorsqu’on lui a offert Mars.

Le Cadeau est une nouvelle très courte et enfantine dont seule la chute à pour but de surprendre le lecteur. Elle est partie vers les éditions Nutty Sheep, la réponse devrait tomber d’ici un mois.

Semaine 2 : 1 232 mots

Son pied ripa sur le sol, sa cheville se tordit et, dans son élan, Samatha s’écroula de tout son poids sur la terre sèche.

Le Grand Nacré reprend le personnage de Samatha : une demoiselle me tenant à cœur et qui a déjà connu d’autres aventures à travers un roman en cours d’écriture et une nouvelle achevée qui, elle, attend son heure. L’aventure se passe sur une île isolée où seule une habitante réside : une sorcière tueuse de dragons. Samatha lui a dérobé un œuf et doit à présent s’enfuir.

Je vais essayer de construire un univers autour de cette nouvelle particulière, afin de préparer un projet un peu spécial qui pourrait être nommé série participative.

Semaine 3 : 7053 mots

La sonde était revenue sur Géolosive en apportant avec elle une merveilleuse nouvelle : les Hommes pouvaient quitter la planète.

Dans un domaine où je tâtonne encore : la science-fiction et l’anticipation, voici 7 % de 4 milliards, une nouvelle longue destinée aux éditions Arkuiris et qui va nécessiter encore quantité de travail. Elle raconte l’histoire d’une famille brisée par le destin : les deux parents sont invités à rejoindre le vaisseau interstellaire, mais leur fils unique s’en voit refuser l’accès pour des raisons de santé.

Semaine 4 : 216 mots

La foule est dense, ce soir. Les inconnus s’agitent sur des sons bien trop forts, et le noir dépravé du sous-sol citadin est le lieu idéal pour chasser son chagrin et les charmer les charmantes. Elle, elle danse et tu la regardes comme si elle était comestible.

Avec Toi Aussi, en une lecture rapide, plongez dans une boîte de nuit, là où se mélangent les corps, les sentiments et les désirs, vers une romance naissante et inattendue. Lisible ici : Toi Aussi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s